Un propriétaire de magasin « Sears Hometown » de Woodstock en Ontario a déposé aujourd’hui un recours collectif au nom d’environ 260 concessionnaires de magasins « Sears Hometown » du Canada contre Sears Canada inc. (TSX : SCC) et sa société affiliée américaine, Sears, Roebuck and Co. (collectivement « Sears »). Sears Canada inc. et Sears, Roebuck and Co. Sont des filiales de la société mère américaine Sears Holding Corporation (NASDAQ : SHLD), une entreprise guidée par Edward S. Lampert, un milliardaire américain qui est le PDG du fonds spéculatif ESL Investments, Inc.

La poursuite allègue que Sears a failli à ses obligations juridiques en privant les concessionnaires de l’occasion réaliste de gagner un salaire suffisant et de tirer des profits raisonnables de leurs magasins Hometown. Pendant ce temps, Sears récolte les bénéfices du travail acharné et de l’investissement des concessionnaires et tire d’importants profits du réseau de concessions.

Les concessionnaires Sears Hometown sont des exploitants de franchises indépendants dans les marchés de taille restreinte de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada. Pour des millions de Canadiens et de Canadiennes, ils incarnent la très grande marque Sears.

L’entente de concession est structurée de façon à ce que Sears détermine la rémunération et les conditions de travail des concessionnaires sans égard aux normes minimales relatives au travail ni aux lois pour la protection des franchisés.

Au cours des trois dernières années, les concessionnaires Sears Hometown ont été témoins d’une érosion constante de leurs ventes et de leurs profits. Pendant ce temps, Sears réalise des profits substantiels provenant de chacun des magasins Hometown.

Tandis que les concessionnaires à travers le Canada épuisent leurs économies, luttent pour rester en affaires ou ferment leurs portes en étant personnellement ruinés financièrement, Sears a réagi en baissant les commissions des concessionnaires, en réduisant la publicité locale des magasins et en passant carrément outre aux magasins des concessionnaires en vendant directement aux consommateurs situés dans le territoire de vente protégé par contrat des concessionnaires. Cette histoire se répète à travers le pays, et environ 70 % des magasins sont intenables. Les concessionnaires travaillent typiquement de 50 à 60 heures par semaine et ont des obligations envers leur bailleur, leurs employés, etc., pour tous les coûts associés à l’exploitation de leur entreprise.

Les concessionnaires ont demandé des changements significatifs et ont travaillé pour améliorer le modèle, en vain.

Jim Kay, représentant du groupe et propriétaire du magasin Sears Hometown de Woodstock, en Ontario, décrit la situation désespérée des concessionnaires en ces mots :

« Nous avons mis nos cœurs et nos âmes dans cette entreprise et dans la communauté qu’elle sert. Nous avons appuyé des organismes caritatifs locaux, servi nos clients et porté le nom Sears avec fierté, le tout avec un salaire de subsistance, investissant souvent à nouveau pour payer nos employés et garder nos portes ouvertes.

Nous sommes fatigués de perdre de l’argent. Nous sommes fatigués de décevoir nos clients parce que nous n’avons pas les ressources requises pour les servir correctement. Nous sommes fatigués de nous montrer au public sans sourire parce que nous savons que nous n’aurons pas de chèque de paie à la fin de la semaine. Nous sommes fatigués de n’obtenir que des miettes au bénéfice d’un milliardaire américain à la tête d’un fonds spéculatif. »

Le représentant des demandeurs a entrepris l’action en vertu de la Loi sur les recours collectifs, 1992 de l’Ontario. La requête cherchera à être certifiée par un tribunal au nom de tous les concessionnaires Sears Hometown du Canada.

Une copie de la déclaration déposée peut être consultée à l’adresse : https://www.sotosllp.com/class-actions/sears/

Les concessionnaires sont représentés par le bureau d’avocats torontois Sotos LLP (www.sotosllp.com).

Pour plus de renseignements, communiquez avec David Sterns à l’adresse dsterns@sotosllp.com ou composez le 416 977-5229.